Environ 20 minutes de lecture

Deuxième levée de fonds apicole

31 Juil 2023 | 0 commentaires

Vidéo 2ème levée de fonds postée sur le groupe Télégram « investisseurs Apicole » le 30 novembre 2021 par Abraham de Hijra Keys.
Abraham dit : « il y aura une personne qui s’occupera de la communication très prochainement à ma place car moi je ne pourrai pas rester« . Ah bon? pourquoi quitter soudainement? « En tout cas il (le projet apicole) se porte très bien pour toutes les informations que j’ai al’hamdoulilah ».

Abraham, « l’homme perspicace », appelle ses frères et sœurs à investir lors d’une DEUXIÈME levée de fonds, car selon lui, « tout va bien », même s’il n’a rien vérifié du tout. Mais les premiers investisseurs ne vous ont-ils pas mis en garde contre les lacunes dans la communication et l’absence de preuves lors de la première levée de fonds ? La réponse à cette question est simple :

Malheureusement, ils ne peuvent pas le faire, car ils sont enfermés dans un groupe où seul Abraham a la parole (voir ci-dessous le contrat rédigé par Abraham lors de la première levée de fond stipulant je cite « l’interdiction absolue de communiquer »)

Rappelez-vous que nous sommes toujours soumis à la censure, il est donc impossible de prévenir les futurs investisseurs de la gestion catastrophique du projet apicole et avicole.

De plus, il était explicitement mentionné que toute divulgation du projet à des tiers pouvait entraîner l’annulation du contrat , ce qui rendait les plus bavards hésitants. Par souci de respecter leurs engagements en tant que bons musulmans, tout le monde se taisait et faisait preuve de patience.

rupture contrat
Extrait du « contrat apicole » rédigé par Abraham de Hijra Keys , il est écrit: « Toute contrevenance représentera une rupture du contrat de confiance », « De fait, un tel acte entrainera une rupture pure et simple du présent contrat ».

Un autre élément troublant et non négligeable est que la deuxième levée de fonds pour les abeilles est intervenue après la levée de fonds du troisième projet, celui de la ferme pédagogique (présentation du nouveau projet posté par Abraham sur le groupe Télégram « investisseurs Apicole » le 22 juillet 2021), qui a été un échec.

En effet, des informations sur l’incendie destructeur s’étaient répandues (quelle coïncidence !). Une chronologie assez étrange, n’est-ce pas ? Un projet raté, puis immédiatement après, Abraham et Mouad relancent des places pour le projet qui avait suscité le plus d’engouement, une situation curieuse, pour le moins.

En revanche, « faites vite ! » nous dit-il : « Il n’y aura que 60 parts disponibles cette fois-ci (pour un montant de 150 000 €) », et il ne peut (malheureusement) pas nous promettre une troisième levée de fonds. Encore une fois, ce sentiment d’urgence auquel nous sommes maintenant habitués avec lui. En l’espace de 8 jours, les 60 parts ont été vendues. Quelle opération de communication réussie ! Bravo Abraham ! Un véritable « braquage », c’est le cas de le dire. Et puisqu’on est motivé, selon lui, il a négocié avec le porteur de projet et a rendu disponibles 20 parts supplémentaires (pour un montant de 50 000 €), ce qui porte le total investi à 500 000 €, en plus des 300 000 € déjà investis lors de la première levée de fonds pour le projet apicole. Nous atteignons donc un total d’un demi-million d’euros !

abraham telegram apicole
Extrait du message posté par Abraham de Hijra keys sur le groupe Télégram « investisseurs Apicole », le 1 janvier 2022, dans lequel il poste à l’attention des investisseurs « Mash’allah, je vais donc essayer de voir avec le porteur de projet, s’il lui est possible de mettre à disposition une dizaine, ou peut-être une vingtaine de parts supplémentaires InSha’Allah ».

Abraham est allé jusqu’à conseiller en privé à un frère qui souhaitait investir une grande partie de ses économies de placer son argent dans le projet apicole plutôt que dans la ferme pédagogique (qui est le troisième projet), car selon lui, le projet apicole était déjà bien lancé et fonctionnait parfaitement (et Abraham n’a toujours rien vu !). Le frère lui a fait confiance et a investi 45 000 € en plus des 15 000 € précédemment investis, pour un total de 60 000 € (voir le témoignage du frère Abou abderrahmane de France).

Mes chers frères, sœurs et chers lecteurs, nous souhaitons attirer votre attention sur un événement qui nous semble d’une extrême gravité ! À quel moment encourage-t-on quelqu’un à investir de l’argent, et encore plus une somme aussi importante, sans avoir de véritables preuves du projet ?! La seule réponse d’Abraham sera : « J’ai simplement répété ce que Mouad m’a dit et je lui faisais confiance. » Rappelons que Abraham connaît Mouad depuis seulement un an, soit 12 mois (52 semaines), et il avouera plus tard qu’il savait que Mouad n’était pas très religieux. Qu’est-ce qui lui permettait d’avoir une confiance aussi aveugle en lui avec l’argent des autres ?

Mes frères et sœurs, prenez deux minutes pour vous mettre à la place de cet investisseur. Est-ce que vous considéreriez Abraham comme responsable ?

Maintenant, mettez-vous à la place d’Abraham. Est-ce que vous feriez cela à votre meilleur ami ou à un membre de votre famille ? Est-ce que vous les feriez investir autant d’argent sans vérifier quoi que ce soit au préalable ? Seriez-vous assez insensé et irresponsable ? En fin de compte, vous sentiriez-vous responsable de la perte de toutes les économies de cette personne ? Barak Allahu fikoum ! Ceux qui pensent que nous cherchons simplement à salir le frère Abraham doivent maintenant comprendre qu’il s’est en réalité terni lui-même à travers ses actions et les personnes qu’il a choisies pour l’entourer. Notre objectif est simplement d’avertir la communauté afin que cela ne se reproduise pas avec Hijra Keys ou toute autre personne.

Il est bon de rappeler en islam que l’homme qui répète tout ce qu’il entend est considéré comme un menteur, et ce court extrait ne représente qu’une partie des manquements d’Abraham de Hijra Keys.

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il suffit à la personne comme mensonge de transmettre tout ce qu’elle entend ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°5)

Et dans une autre version: « Il suffit à la personne comme péché de transmettre tout ce qu’elle entend ».
(Rapportée par Abou Daoud dans ses Sounan n°4992 et authentifiée par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Abi Daoud)

Revenons à notre histoire (car elle n’est pas terminée). « Tout va bien », dit Abraham, donc nous devons le croire, car il le dit sans n’avoir jamais rien vu. Mais si « tout va bien », pourquoi Abraham a-t-il arrêté, même pas deux mois après cette deuxième levée de fonds, la “communication” qu’il prétendait faire « bénévolement » « fi sabili LLAH » ?

Mais si « tout va bien », pourquoi Abraham a-t-il quitté la communication qu’il prétendait faire bénévolement « fi sabili LLAH » moins de deux mois après cette deuxième levée de fonds ? Ce « bénévolat » s’est ensuite transformé en un aveu, celui d’avoir pris selon ses souvenirs 15 000 € « pour le travail réalisé de levée de fonds » (ce sont ses propres mots, et Allah est plus savant de la réalité des choses).Mais aussi, des parts des projets que Mouad lui aurait donné! Bye bye « ikhwa akhawat ».

Extrait du Live de Mai 2023 en présence de Mahdi, étudiant en science de Cheikh Ali Moussa (QU’ALLAH les préserve), déjà contacté par Abraham auparavant et les investisseurs.
Investisseur: « qu’il nous dise car à chaque fois il parle de l’argent, qu’il nous dise combien il a perçu, ça c’est une information qu’il nous a jamais donnée, il ne veut pas nous le dire ».
Mahdi: « Abraham, combien tu as touché pour cette histoire là? »
Abraham: « Euh, honnêtement je ne me rappelle plus du chiffre, mais on est dans les 15 000€ ».
Mahdi: « Dans tous les projets, lui (Mouad) il a pris 1 000 000€ et toi tu as pris 15 000€
« .
Abraham: « C’est ça, et en plus il m’a pris, bon il y a même une partie qu’il m’a pas payée ».
Mahdi: « c’est combien la partie qu’il (Mouad) t’a pas donné? ».
Abraham: « honnêtement je ne sais pas parce que l’argent ne m’intéressait pas, donc j’ai même pas fait le compte de ça .C’est surtout que sur toute la durée des projets, il m’a aidé en particulier quand il y a eu le décès de mon père et tout ça , donc c’est plus sur ces actes humains que je me suis basé, l’argent s’était pas … ».
Madhi: « ça veut dire que t’a poussé les frères à l’abîme bénévolement? ».
Abraham: « pas bénévolement mais effectivement en soi, j’en ai rien gagné, oui c’est sûr« .
« Encore une fois, le but de ces projets là, c’était de permettre d’aider à la hijra, c’était pas gagner quoi que se soit dessus« .
Mahdi: « Et t’as fais tout le contraire »
.
Abraham: « Malheuresement, c’est tout le contraire qui s’est passé. Le but s’était que justement les gens, qui ont toutes ces excuses de dire qu’on n’ a pas les moyens, on sait pas comment trouver notre rizq (subsistance) en terre d’islam, puissent trouver un moyen justement de trouver un rizq là-bas ».
Extrait Audio de Décembre 2022 de Abraham Hijra Keys.
Abraham: « En faite, j’avais pas demandé de rénumération précise, c’est lui qui a donné, il m’a donné, il semble, la même chose que le premier projet.
Et il a rajouté 3 parts.
Mais j‘avais demandé un contrat mais finalement ça s’est pas fait.
Pareil pour la ferme pédagogique, là par contre j’avais vraiment demandé un contrat, et une certaine somme.
Non, non pas une certaine somme , c’est lui (Mouad) qui a fixé la somme.
Mais juste je lui ai dit, akhi, juste faudrait que ça soit un peu plus que la dernière fois. Comme il m’avait payé en plusieurs fois,… ».

Deux ans plus tard, il justifiera son départ en disant vouloir « faire un électrochoc à Mouad » en raison de son manque de communication. Il ne manque pas d’audace.

Il a forcé et subtilement placé un frère investisseur pour le remplacer. Mais après seulement un mois, ce frère quitte de son propre chef son poste après avoir constaté la gestion désastreuse de Mouad, « le grand commerçant diplômé de la plus grande école marocaine et proche du palais royal » (rappelez-vous dans le projet apicole, première levée de fonds!)

Plusieurs mois passent, Mouad ne communique plus, ne répond pas aux e-mails, ou répond uniquement de manière robotique sans jamais répondre aux questions posées. Nous recevons quelques e-mails sans réel intérêts pendant 10 mois. En résumé, « patience, tout va bien ». Nous nous tournons donc vers la seule et unique personne avec laquelle nous avons eu affaire depuis le début et qui nous a TOUS impliqués dans cette affaire, ABRAHAM ! Son premier réflexe, à l’unanimité des investisseurs, a été de se dédouaner de toute responsabilité : « Ce n’est pas avec moi que vous avez signé vos contrats », « Je n’ai pas plus de pouvoir que vous sur la gestion », « Vous pensez bien que si j’ai quitté la communication, c’est parce que ça n’allait pas », etc. Une série de répliques visant à se décharger de toute responsabilité, mais il nous annonce quand même : « Ne vous inquiétez pas, tout va bien, il va vous payer ». Alors que des dizaines d’entre nous crient à l’arnaque !

De son côté, Abraham défend toujours Mouad en affirmant qu’il faut « avoir de bons soupçons », qu’il « travaille dur pour nous » et qu’il « n’est pas du genre à partir avec la mallette« !

La phrase aurait été drôle si elle n’avait pas été si criante de vérité ! Il justifie le manque de communication de Mouad en disant que c’est parce qu’il est… « marocain », que « ce n’est pas dans leur mentalité de communiquer » (bravo Abraham, les clichés, voir audio dans le projet apicole première levée de fonds).

Au mois de juin/juillet, les investisseurs reçoivent un e-mail les informant que la production a atteint 19 tonnes de miel et que 15 tonnes ont déjà été vendues. Et mieux encore : « Les parts à 2500 € valent désormais 3500 € » et que « les bénéfices sont prévus dans six mois ». Dernier point : « Ceux qui le souhaitent pourront même revendre leur part et arrêter le projet ». Tout cela n’était que du sirop de glucose, vous l’avez compris, une histoire pour gagner encore six mois, le temps de préparer sa fuite et, dans le meilleur des cas, de donner de l’espoir aux plus optimistes, car il n’y a ni preuves, ni factures, ni livres de compte…

email ouchen domaine communique1 4
email ouchen domaine communique2 2
Email envoyé par Abraham de Hijra Keys aux investisseurs du projet Apicole le 14 juin 2022.

AH SI ! Abraham nous dit que Mouad avait toujours les chiffres dans son téléphone (on va se passer de commentaires). Cerise sur le gâteau, Abraham de « Hijra Keys » nous dit que « c’est à nous d’apporter nos preuves, que ceux qui veulent porter plainte auront du courage pour prouver que c’est une arnaque ! » Drôle de formulation, n’est-ce pas ? Abraham nous dit même que « si jamais on arrive à prouver que les abeilles n’ont jamais existé, alors ça va mal se passer pour Mouad« .

Abraham explique qu’il utilisera ses « relations » et que Mouad ne pourra jamais le doubler, car il sait « qui est Abraham de Hijra Keys et ceux qui l’entourent ».

Extrait audio Abraham de Hijra Keys:
1’20 : « si j’ai la preuve claire qu’il m’a menti, que les abeilles n’ont jamais été là-bas. Là akhi, ça va très mal se passer[..] Par contre, s’il s’avère qu’il y a réellement un mensonge, ne serait-ce qu’un seul, le ton va changer de mon côté. Et … , je ne préfère pas parler, je préfère surtout ne pas penser à cette éventualité biidnillah. Mais s’il y a un mensonge avéré, il n’y aura plus aucune défense de quoi que ce soit. »
 
Extrait audio Abraham de Hijra Keys:
Abraham: « Par rapport à ce que mon contact , il recommande si Mouad il fuit, c’est la justice akhi.[…] Ensuite, moi je serai le premier à porter plainte insha’allah[…] En fait, ma plainte à moi, elle va déclencher pleins de choses. Soit les investisseurs portent plainte, soit de toute façon les contacts que j’ai chez les RG (renseignement généraux) attendent que de tomber sur une affaire comme ça.[…] des comissaires, des inspecteurs de certaines brigades c’est le genre d’affaire qu’ils attendent pour pouvoir monter en grade, ça c’est réel akhi. Soit les investisseurs portent plainte, soit ça va sentir trop bon pour les inspecteurs. Avec tout l’argent qui est arrivé sur ses comptes car la société elle existe, les comptes sont bien au nom de la société. C’est obligé que les autorités financières Marocaines, elles aient vu passer les virements, et que ça les a interpellées. Parce que c’est plein de virements qui viennent de l’étranger de la part de barbus ou de femmes voilées et tout ça, c’est obligé que les autorités Marocaines, elles aient déjà eu un …. C’est quoi que tu m’as dis déjà?
Contact de Abraham: « une enquête ».
Abraham: « Quelles aient fait une enquête, ouais, qu’elles se soient intéressés au compte de la société[…] ils ont vu que c’était clean jusqu’à maintenant, ça c’est possible. Mais dans tous les cas, à partir du moment où ma plainte, elle sera déposée, ça va déclencher les choses, Allahou a’lème. J’espère ne pas avoir à en arriver là. »

Sur le moment, il est catégorique ! Mais évidemment, cela n’arrivera jamais malgré le nombre de preuves que les investisseurs apporteront dans les semaines suivantes.

POUR RAPPEL, Abraham n’est qu’à quelques centaines de kilomètres des endroits à vérifier. En deux ans, il n’a pas fait l’effort d’aller voir le domaine des eaux et forêts. Il demande aux investisseurs de France ou d’ailleurs, qui lui ont fait confiance, d’aller eux-mêmes effectuer les missions qui étaient de sa responsabilité. Abraham entre dans le déni et se déresponsabilise lui-même.

Ni une ni deux, les investisseurs s’organisent.

Certains d’entre eux partent mener leur enquête au Maroc avec seulement un numéro de carte d’identité, une photo et un numéro de SIRET. Ce qu’ils découvrent avec si peu d’éléments est choquant :

  • Il n’y a pas de Mouad issu du palais royal ou d’une autre famille puissante.
  • Ses parents vivent dans un quartier populaire de Témara où la lumière du soleil peine à pénétrer, malgré le nom de la rue qui pourrait prêter à sourire, la « rue Dubaï ».
  • Mouad est connu dans le quartier comme quelqu’un qui aime boire des boissons alcoolisées (et pas du jus de canne, vous m’avez compris, à moins qu’il ait bien macéré).

(pour les éléments de preuves allez voir le projet apicole première levée de fonds)

siret offshoreline mouad abdelhak
Extrait de l’entreprise Offshorline de Mouad Abdelhak facilement téléchargeable sur internet.

Pendant ce temps, Abraham justifie son manque de réponses aux investisseurs en prétendant être submergé par des tonnes de messages. Bon, nous allons remédier à cela ! En tout cas, cela ne peut pas être à cause des tonnes de miel imaginaire qu’il nous vantait (vraiment, la modestie ne l’étouffe pas). Pour résoudre ce problème, un investisseur calme et sérieux est désigné comme porte-parole. Il sera le seul à entrer en contact avec Abraham pour transmettre les questions et les réponses. Les autres investisseurs ont l’interdiction d’envoyer des messages à Abraham afin qu’il n’ait plus aucune excuse.

Au Domaine des Eaux et Forêts, c’est la douche froide ! Il est important de savoir que ce service dépend du ministère de l’Agriculture. Les investisseurs sont bien reçus, passant de bureau en bureau pour finalement arriver devant le chef de division qui contacte ses collègues des autres régions. Quoi ? 500 000 euros ? 3000 ruches ? Des étrangers et des MRE (Marocains résidant à l’étranger) ? Mouad Abdelhakk ? Domaine d’Ouchen ? Famille puissante ? Hijra Keys ? Rien de tout cela ne leur évoque quoi que ce soit, ni à eux ni à leurs collègues, ni dans leurs registres, ni dans leur base de données… Si quelqu’un possédait autant de ruches, cela se saurait ici !

Conclusion : Vous avez été victimes d’une arnaque ! Rien de tout cela n’est possible, car il faut savoir que le domaine des eaux et forêts n’est pas un lieu à but lucratif. Il est impossible d’y faire du commerce.

dahir domaine eaux foret
Extrait page 2 des dahirs du 10/10/1917 consultable sur le site http://www.eauxetforets.gov.ma/Legislation/Reglement/Pages/Textes-Reglementaires.aspx
« Article 2 : Le domaine forestier est inaliénable », cela signifie que les terres forestières ne peuvent pas être vendues ou cédées à des fins lucratives.

Le rôle du Domaine des Eaux et Forêts est de protéger la faune et la flore, ni plus ni moins. Par conséquent, les excuses telles que « les abeilles sont dans des endroits sécurisés » ou « il est impossible d’accéder car la zone est protégée » ne tiennent plus. Après seulement quelques appels et moins d’une heure passée dans leurs bureaux, nous avons obtenu les réponses que nous attendions depuis plus de 2 ans. Il est désormais clair que Mouad et Abraham sont bel et bien des menteurs.

Les investisseurs ont été informés de cette nouvelle, la sentence est tombée et la peine est inévitable. Les plus optimistes ont été durement touchés, tandis que les plus résignés s’étaient préparés mentalement. Maintenant, la question se pose : que devons-nous faire ?

En ce qui concerne Abraham, comment a-t-il réagi face à cette nouvelle ? Au début, il n’y croyait pas et avait besoin de l’entendre de ses propres oreilles. Il prétendra même qu’il se rendrai aux Eaux et Forêts. Vraiment ? Maintenant ? Évidemment, il ne le fera jamais. Quant à Mouad, il a disparu de nos radars, ne donnant plus aucun signe de vie, ni à nous ni à Abraham (selon ses dires !). Il ne réapparaîtra qu’une seule fois avant de disparaître complètement (vous comprendrez par la suite).

Le mois de décembre est arrivé, la date à laquelle les dividendes étaient censés être perçus. Mouad est toujours introuvable… aucun signe de vie. Et comment Abraham agit-il avec nous ? Il fait preuve de condescendance, refusant d’assumer ses responsabilités. Il prétend nous aider, mais en réalité, il n’utilise même pas ses réseaux et nous donne des informations erronées et de fausses pistes. Il est impossible de parler avec lui, de lui faire confiance… Il a même supprimé les publications liées à OUCHEN de ses réseaux Hijra Keys. Pourquoi, selon vous ? Mauvaise publicité ? Préjudiciable pour son image ? Préjudiciable pour ses affaires ? ALLAHOU a3lem (Allah est plus savant), mais ces questions se posent. En attendant, il continue tranquillement ses directs et ses collectes de fonds, sans jamais adresser un mot à notre égard, espérant probablement que nous restions silencieux.

Qu’a-t-il vraiment à craindre des musulmans en France qui ont perdu leur épargne, tandis qu’il profite du soleil de Marrakech ? Il va même jusqu’à faire une série de publications sur Instagram sur « les épreuves » (une ironie assez curieuse).

Il bloque les individus les plus révoltés, les maudissant au passage, et ne répond plus à personne, sauf à ceux qui croient encore en lui (ceux qui sont moins bien informés des faits réels et qui, après avoir pris connaissance des éléments exposés, réaliseront qu’ils ont été dupés).

Après plusieurs passages à Témara devant la maison des parents de Mouad le 24 décembre 2022, certains frères vont frapper à leur porte. Seule la mère répondra depuis une fenêtre, affirmant que le père n’est pas à la maison, et les frères ne s’attarderont pas, souhaitant ne pas inquiéter davantage. Elle demandera néanmoins leur numéro de téléphone, mais ils ne recevront jamais d’appel de sa part. Une heure plus tard, Abraham nous annonce qu’il a des nouvelles de Mouad par le biais d’un certain Abdel Hadi, sans savoir que c’est parce que la mère a contacté Mouad pour l’informer de la visite des personnes. Nous apprendrons une semaine plus tard que Mouad a quitté le Maroc le matin du 25 décembre 2022 depuis Casablanca. Est-ce une simple coïncidence ? Lorsque Abraham apprend que des frères sont allés rendre visite à ses parents, il perd son calme !

Il insiste fortement pour savoir ce qu’ils leur ont dit, allant même jusqu’à prétendre qu’un soi-disant « agent des renseignements marocains » lui a rapporté que la rencontre s’était très mal passée, que les frères avaient été agressifs envers la mère, que tout le quartier pouvait témoigner et qu’elle envisageait de porter plainte. Heureusement, les frères, habitués aux manœuvres d’Abraham, ont enregistré la rencontre, qui a duré moins de 3 minutes et s’est déroulée de manière respectueuse et calme.

Extrait audio Abraham de Hijra Keys en présence de son contact où il dit que le contact de son contact lui aurait dit que la rencontre avec la mère (de Mouad) se serait mal passée. »ils ont eu un comportement pas très bon, ils auraient enguelé ou mis un coup de pression à la mère » .
(Augmentez le volume car le son est faible pour ces deux audios)
Premier extrait audio de la rencontre entre les deux investisseurs et la mère (de Mouad) qui s’est très bien passée sans enguelade , sans coup de pression et avec un bon comportement.

L’ investisseur: le numéro d’accord!
La mère: vas-y, donne le moi!

L’ investisseur: tu notes (le numéro)?
[….] la mère va cherché de quoi noter.
L’ investisseur: 06 ….
(LA SUITE DANS L ‘EXTRAIT NUMÉRO DEUX EN DESSOUS)
La mère: qui es-tu ?
L’ investisseur: je suis Hamid. Et désolé pour le dérangement ma soeur.
La mère: non, il n’y a pas de problème.
L’ investisseur: Vraiment désolé.

La mère: non, il n’y a pas de problème.
L’ investisseur: Vraiment désolé. Il n’ y aura que des choses bien.
La mère: Insha’allah.
L’ investisseur: Salam alaykoum ma soeur. Bonne nuit.

Abraham ne savait plus quoi dire, tel est pris qui croyait prendre. Pourquoi être aussi inquiet que les investisseurs lésés soient partis voir les parents de Mouad ? Abraham prétendait enquêter assidûment sur Mouad pour le retrouver, mais ses pistes étaient toujours à côté de la plaque.

Début décembre, il affirme que Mouad est au Sénégal, alors que le registre atteste que Mouad a quitté le territoire le 25 décembre 2022 et qu’avant cette date, il était bel et bien au Maroc depuis une bonne partie de l’année 2022 (Ah, Abraham et ses sources…).

Malgré cette histoire, Abraham prend une pause d’un mois durant le Ramadan, pendant laquelle il lance son séjour « Ramadan à Marrakech » et en profite pour recevoir des compliments sur lui-même de la part de frères dont nous ignorons l’identité et qui ignorent notre histoire. Il n’a pas un mot pour nous sur ses réseaux, là où tout a commencé. Pourtant, c’est là où sa communauté le suit, là où il invoquait pour les musulmans de Palestine lors d’une vidéo après l’Aïd…

Et nous, où sommes-nous passés, nous, ses très chers sœurs et frères qu’il prétend tant aimer ? C’est du baratin ! Il a été complètement absent pendant ce mois béni, sans demander des invocations face à l’injustice que plus de cent familles ont subie. La situation de ses frères et sœurs ne doit pas être si grave à ses yeux. À aucun moment Abraham n’a utilisé ses réseaux pour médiatiser l’affaire, prétextant que si cela se produisait, « on perdrait tout espoir de retrouver Mouad« .

Après le Ramadan, il nous informe qu’un investisseur est venu le voir et lui a pardonné durant ce mois de jeûne. Abraham filme seulement les pieds de ce fameux frère. Nous aurions aimé voir son visage, connaître son nom, sa ville, voir son contrat et sa preuve de virement, et l’entendre témoigner. A-t-il été informé de tous les éléments ou a-t-il seulement entendu la version unique et simplifiée d’Abraham ?

Pendant le Ramadan, les investisseurs et investisseuses ont fait preuve de patience, ne souhaitant pas polémiquer pendant ce mois. En effet, il y a aussi des femmes parmi eux, certaines seules avec plusieurs enfants, voire même en hijra. Qu’Allah leur facilite les choses, Amin !

À noter que nous sommes 101 investisseurs réunis, mais Abraham mentionne souvent 200 investisseurs au total. Où sont donc les 100 autres ? Nous lui avons demandé de nous fournir la liste complète des investisseurs pour pouvoir les contacter, les informer de la situation et voir s’ils souhaitent se joindre à nous pour comprendre où leur argent a disparu, mais Abraham a refusé de le faire. Pourquoi ? C’est étrange, surtout de la part de quelqu’un qui prétend vouloir nous aider. Ces comportements suscitent des interrogations légitimes, n’est-ce pas ?

Après le Ramadan et trois ans de silence, certains d’entre nous en ont eu assez. Ils en parlent sur les réseaux sociaux, car Abraham refuse de faire face aux investisseurs et de nous fournir certaines informations. Après lui avoir posé plusieurs questions, nous avons réussi à apprendre qu’il a perçu des commissions, mais il refuse de divulguer le montant, alors qu’il prétendait initialement ne pas prendre de salaire…

Bref, cela dépasse les limites. Il est dangereux, indigne de confiance et manipulateur, cela ne fait plus aucun doute ! Peu à peu, des voix s’élèvent sur les réseaux sociaux et des témoignages émergent. Étonnamment, ces témoignages ne sont pas toujours directement liés à notre histoire. D’autres personnes gardaient également le silence. Ainsi, nous ne sommes ni fous ni les seuls à avoir des problèmes avec Hijra Keys. Pour être totalement légitimes et en accord avec notre religion, nous avons jugé nécessaire de consulter un savant.

Nous avons contacté Abraham à plusieurs reprises pour qu’il se joigne à nous, mais il a refusé de s’asseoir avec nous et de rencontrer un savant. Il préfère agir de son côté et consulter plusieurs étudiants en sciences religieuses et savants. Lorsque nous avons entrepris la même démarche pour connaître les prescriptions de notre religion, il nous a répondu : « Oui, mais il faut entendre les deux parties. » C’est assez surprenant ! Par la suite, sa défense consiste à traiter toute personne qui expose ses erreurs de calomniateur.

Mouad est « recherché », sa photo est affichée sur les réseaux sociaux et elle parvient même à la mère de Mouad, ce qui le pousse miraculeusement à donner de ses nouvelles. Il réapparaît brièvement et explique à Abraham qu’il travaillait dur pour nous pendant tout ce temps. Il prétendait être tombé malade, avoir été volé et cultiver de la luzerne pour nous rembourser. Ce sont encore des paroles sans preuves et des actions qui n’ont rien à voir avec nos projets initiaux.

Abraham jonglera tantôt en nous disant : « Il travaille pour vous rembourser », tantôt en nous affirmant : « Je pense que c’est une arnaque », selon la situation, comme à son habitude.

Dans son dernier appel avec Mouad (après le Ramadan), il nous a laissé entendre que Mouad lui aurait insinué avoir tout perdu, affirmant s’être fait volé les plus de 3000 ruches remplies d’abeilles. Ces mêmes ruches qu’il prétendait être dans un lieu sécurisé et interdit d’accès.

Les 300 000€ d’investissements pour la ferme pédagogique ont également disparu (alors que le projet n’a jamais démarré !), ainsi que toute une série d’informations plus farfelues les unes que les autres. Abraham prétendra également avoir été disculpé de toute responsabilité par le Cheikh Toufik Amrouni (Qu’allah le préserve, amine) après lui avoir exposé les faits, affirmant qu’il n’a rien à nous rembourser. Il convient de noter qu’il a toujours refusé de se confronter à un érudit et aux investisseurs.

De notre côté, nous avons contacté le Cheikh Toufik Amrouni pour lui exposer l’affaire, et nous avons également sollicité l’avis du Cheikh AbdAssalam as-Souhaymi (Qu’allah le préserve, amine) qui nous a répondu.

Le cheikh a donc demandé à Abraham de ne plus utiliser ses paroles et de revenir vers le Cheikh as-Souhaymi, ce qu’il n’a pas fait une fois de plus. Il a plutôt choisi de consulter un étudiant en sciences auprès du Cheikh Ali Moussa, Mehdi Abou Abdillah, (Qu’Allah les préserve, amine) à qui il a soumis une question qui ne reflète pas toute la vérité (une habitude fâcheuse chez Abraham). Il a obtenu une fatwa en fonction de cette question et s’est empressé de faire une vidéo pour annoncer sur les réseaux sociaux qu’il a été blanchi par le cheikh Ali Moussa, exprimant sa profonde gratitude envers Mehdi Abou Abdillah.

Il a également insinué que nous sommes des calomniateurs, des faibles qui ont oublié leur religion. Nous avons donc pris contact avec les personnes choisies par Abraham, Mehdi Abou Abdillah puis le cheikh Ali Moussa, afin de leur présenter un autre point de vue, celui qui est plus conforme à la réalité des faits, le véritable son de cloche.

Une première réunion a eu lieu entre les investisseurs, Mehdi et Abraham. Mehdi a rapidement compris à qui il avait affaire. Il a qualifié Abraham d’« imbécile » qui « doit rembourser les investisseurs ».

En résumé, Abraham a perdu à son propre jeu.

En effet, lorsque Mehdi a posé une nouvelle question à Cheikh Ali Moussa, celui-ci l’a qualifié (Abraham) de « loup » et a confirmé sa pleine responsabilité. Il doit rembourser ! (voir la réponse du Cheikh ici)

Cette décision n’a pas du tout plu à Abraham, qui a demandé une autre séance; cette fois-ci avec Cheikh Ali Moussa. Le Cheikh a pris plusieurs heures de son temps pour écouter les différentes parties et rendra son jugement quelques jours plus tard.

Deux savants ont émis un avis sur Abraham, dans deux pays différents, et un élève en sciences religieuses vers qui il s’est tourné et qu’il a encensé dans l’une de ses vidéos. Que faut-il de plus ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *